Quelques chiffres sur la transition digitale des entreprises françaises du BTP

Le BTP est un des secteurs ayant le plus de poids dans le paysage économique français. Pourtant la transition digitale coince alors que les opportunités sont multiples. Pourquoi le secteur du BTP est-il aussi peu mature sur le numérique ? Quels sont les principaux défis et perspectives d’avenir qui en découlent ?

Un secteur en retard

Selon le Moniteur, en France 72% des entreprises ont conscience que la transition digitale de leur organisation est cruciale pour la pérennité de leur business. 22% prévoient de la faire dans les années à venir.

Nous souffrons donc en France d’un retard structurel mais aussi concurrentiel. D’autant que l’activité sur les marchés extérieurs représente 7,1 milliards d’euros soit 6% du chiffre d’affaires total du secteur du BTP.

Pourquoi ?

Historiquement le BTP en France est un secteur où la visibilité économique est assez réduite avec des marges très faibles. Nous avons un marché très verrouillé avec de nombreuses réglementations contraignantes. Inversement, cette révolution digitale nécessite l’élaboration d’une stratégie de déploiement agile à moyen et long terme.

Qui pour assurer la transition ?

Les nouvelles générations (Y et Z) ayant grandi avec la révolution digitale sont de plus en plus nombreuses à entrer sur le marché du bâtiment. A tel point qu’elles représentent aujourd’hui 37% des employés (Le Moniteur).

En revanche, on remarque qu’elles sont également très volatiles, elles sont beaucoup plus régulièrement et facilement sollicitées par d’autres entreprises du BTP, voire d’autres secteurs, comme les banques et assurances. Les entreprises doivent à la fois proposer un projet qui fait sens et innover afin de retenir les talents.

Comparons avec d’autres secteurs déjà matures

La valeur des investissements “uniquement” dans le e-commerce en France représente 3,2 milliards d’euros dans l’industrie de l’alimentation et du soin ou encore 3,2 milliards d’euros pour l’industrie de l’alimentation.

Pour répondre à quels défis ?

Pourtant ce ne sont pas les challenges qui manquent : la sécurité, la productivité, l’expérience utilisateur, le développement durable ou encore les villes de demain (smart city, smart building, connectivité, …).

Et à l’étranger ?

Le nombre de projets en mode BIM tarde à exploser en France. Seules 48% des entreprises ont entrepris une stratégie ou une feuille de route en terme de données et de technologie.

De nombreux pays étrangers, comme Singapour dont le gouvernement incite fortement ses entreprises à passer vers une méthode BIM. En Europe nos voisins Scandinaves, Italiens ou encore Allemands ont une avance considérable dans ce domaine.             

Ne subissons pas donc cette transition, soyons acteurs !